Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 Sep

LE CINE, C'EST SUR ARTE !!!

Publié par Sandrine CHARAVY  - Catégories :  #SORTIR ET DECOUVRIR, #Atelier Audio-Visuel, #SUPER 8

La chaîne ARTE est riche en ressources pour les cinéphiles...On commence avec 120 ans d'inventions au cinéma, un documentaire de Stan Neumann.

 

Depuis plus d’un siècle le cinéma transforme notre manière de voir le monde. Nous voyons "travelling", "panoramique", "zoom", "gros plan". C’est notre "regard-caméra", formé par notre exposition durable au cinéma et à ses images. Mais la caméra n’est pas un œil. C’est une machine. De tous les arts le cinéma est celui qui dépend le plus de son appareillage technique : 120 ans d’un foisonnement d’inventions nées de l’imagination des ingénieurs et des désirs des cinéastes, d’aventures industrielles et de paris économiques, de bricolages et de rêves. En remontant là où le cinéma se fabrique, où l’intuition créatrice est inextricablement liée à la solution technique, on découvre la face cachée de ces images qui nous fascinent et le plaisir de les aimer encore et autrement. (source : film-documentaire.fr)

 

 

Réalisation : Stan Neumann
Pays : France
Année : 2015
Origine : ARTE F

Deuxième pépite à découvrir, Hollywood Confidential, les Egouts du Paradis:

 

Comment, des années 1920 à nos jours, l'usine à rêves, par ses excès privés et ses audaces filmiques, a suscité la censure et rusé avec elle. Avec les témoignages du cinéaste Peter Bogdanovich et de l'historien du cinéma Peter Biskind, et des extraits de "Scarface" de Hawks, "La mort aux trousses" et "Psychose" d'Hitchcock, "Orange mécanique" de Kubrick ou "Taxi driver" de Scorsese.

Dès les années 1920, l'industrie naissante du cinéma forge ses propres règles. Dans ce petit monde à part, les excès privés font écho aux audaces affichées à l'écran et horrifient les puissantes ligues de vertu. Une décennie plus tard, leur mobilisation contre ce qu'elles considèrent comme une nouvelle Sodome est si forte qu’elle met en danger les profits des studios. Ceux-ci adoptent alors le code de censure Hays qui, de 1934 au milieu des années 1960, obligera les scénaristes et les réalisateurs à rivaliser de sophistication pour évoquer sans les montrer directement la violence, l'addiction ou le sexe. Un moralisme qui commence à vaciller dès les années 1950, sous les influences conjuguées de la télévision, du cinéma européen et de la liberté d’expression croissante. Avec l'avènement du Nouvel Hollywood, en 1967 et après, acteurs et réalisateurs attaquent frontalement le code Hays. Une parenthèse de liberté échevelée que les lois du marché se chargeront de refermer. Voici venue l’ère des blockbusters, où le grand spectacle se doit d'être aussi consensuel que possible...

Le miroir de l'Amérique
À travers les témoignages du cinéaste Peter Bogdanovich et de l'historien du cinéma Peter Biskind, et en s'appuyant sur des films emblématiques comme Scarface de Hawks, La mort aux trousses et Psychose d'Hitchcock, L'homme au bras d'ord'Otto Preminger, Orange mécanique de Kubrick ou Taxi driver de Scorsese, ainsi que sur les trajectoires individuelles de figures comme Judy Garland, dont la toxicomanie fut cyniquement instrumentalisée par les studios, ce film déroule un siècle de scandales cinématographiques. Un miroir qui reflète aussi, en creux, l'évolution de la société américaine.

 

Réalisation :

Jérôme Korkikian

Pays :

France

Année :

2016

Commenter cet article

Archives

À propos

Ce blog pédagogique est adressé aux élèves du lycée Jacob Holtzer mais également aux parents qui souhaitent découvrir les différentes activités menées en classe et les projets proposés aux élèves de la cité scolaire.